skip to Main Content

Pourquoi certains parents se démotivent ?

parents démotivés

 

Au cours de ma vie d’orthophoniste, depuis 1999, j’ai croisé des centaines (des milliers même 😉) d’enfants et d’adolescents, … et donc des milliers de parents aux profils aussi divers que spécifiques. 

 

Ces parents ont bien souvent tout pour être des parents TOP… 

  • Ils aiment leur enfant plus que tout ! C’est un bon début 😉
  • Ils ont lu plein de livres de parentalité et de pédagogie.
  • Ils se sentent bons pédagogues et veulent bien faire…. 

Et pourtant .… 

 

Ils ne passent pas (ou peu) à l’action pour aider leur enfant (devoirs, etc) et ils me disent qu’ils se démotivent trop souvent (en raison d’une accumulation de fatigue, d’autres priorités professionnelles, de stress, de l’éloignement avec leur culture lorsqu’ils sont expatriés, etc).

Certains sont même enseignants ou thérapeutes eux-mêmes…. Et culpabilisent de ne pas y arriver avec LEURS enfants.

 

Entre les séances d’orthophonie de leurs enfants, ils me parlent facilement de leurs idées, de leurs projets. 

Ça part parfois dans tous les sens ! Ça sent la “vraie” vie !

  • On parle bien souvent du CNED, de la possibilité de mettre en place des cours de français en ligne, ils me racontent qu’ils se sont inscrits à la bibliothèque de l’Alliance française de leur lieu de résidence, ou qu’ils pensent à recruter une jeune fille au pair francophone ou anglophone (ou autre !).
  • Ils me racontent aussi leur envie de routine de repas équilibrés, de la mise en place d’un bon rythme de sommeil pour leurs enfants.
  • Ils n’oublient pas non plus qu’il est important que leurs enfants aient des copains à l’école et en dehors aussi, de la relation avec la maîtresse…
  • Tout y passe : langage, plurilinguisme, orthophonie, gestion des temps d’écran, voyages, maintien du lien avec les grands-parents

 

Bref, ils me disent qu’ils y voient tout a coup BEAUCOUP PLUS CLAIR, ils se projettent vers des solutions concrètes pour aider leur enfant à dépasser son retard de langage (ou d’orthographe, ou autre).. 

 

J’entends : « Oh, oui, c’est bon, j’ai plein d’idées, on va mettre tout ça en place  ».

Je reformule, je leur donne des conseils précis sur les prochaines étapes, pensant allumer la petite étincelle du démarrage.

Ils ont tout en main.

Et…

Un, deux, trois mois (ou ans) après, ils me recontactent car rien n’a avancé de leur côté.

Ils sont restés au stade de « la discussion super intéressante ». 

Ils réalisent qu’ils se retrouvent avec les mêmes problèmes avec leur enfants, les mêmes stress, n’ont pas bougé d’un pouce sur leurs recherches de solutions.

(Ils me recontactent car ils savent bien que je ne les jugerai pas !! Je suis mère aussi 😏!!).

 

Quand j’échange avec mes consœurs (orthophonistes, psychologues, coachs…)…

On en arrive à la constatation que les gens ont ‘peur’ de devoir changer, ils veulent le résultat final en un claquement de doigts. 

Or, ce n’est pas possible …

MAIS … Il y a probablement d’autres causes à l’inaction.

 

Voici 6 exemples (et mes conseils) :

 

🚩 Les parents qui “travaillent” avec leur enfant sans but précis

Vous savez  « en gros » ce qu’il faut faire, mais sans comprendre quelle est la prochaine étape concrète. Celle qui servira. 

Or, le tâtonnement démotive.

✨✨Mon conseil :

Il vous manque un plan détaillé. 

Prenez du temps, en couple si possible, pour établir un plan d’action. 

Ou optez pour un accompagnement adapté à votre situation, pour avancer « pas à pas » et de manière pratico-pratique.

NB : J‘en propose 👍

 

🚩 Les parents dont la peur est le moteur…

  • Vous avez peur de faire les mauvais choix, 
  • peur de compliquer la vie de votre enfant, 
  • peur de le déraciner, 
  • peur d’être jugés (par l’école, la famille, les amis…), 
  • peur de perdre de l’argent dans des solutions inutiles,…
  • peur de ne pas être assez fort ni stable. 

C’est fou comme on peut rester bloqués comme un cheval devant un obstacle qui lui semble trop haut. Tétanisés, vous craignez de vous planter.

✨✨Mon conseil :

Selon moi, vous avez besoin de bienveillance. 

Et si, au lieu de vous focaliser sur la perfection (qui n’est pas possible !), vous commenciez déjà à amorcer quelques petits pas dans la direction du changement que vous souhaitez pour votre enfant ? 

Personne ne vous dit que le “problème” de votre enfant sera totalement réglé  la semaine prochaine. Et pour le moment, si vous vous contentiez de mettre en place une mini action, … et déjà de voir ce que cela donne ?

 

🚩 Les parents qui voient trop grand (ou veulent que tout change trop vite)

Vous vous comparez aux autres, vous vous laissez intimider par toutes les réussites vues sur les réseaux sociaux (et oui, cela n’arrive pas qu’aux ados 😉!!)…  

Et vous êtes comme un randonneur devant l’Everest. C’est si haut, si loin, si dur, que vous ne commencez même pas l’escalade.

✨✨Mon conseil :

Avant d’attaquer l’Himalaya, commencez par la rando dans le Jura (ma région de cœur !!) 

Ne visez pas un langage plurilingue impeccable (ni à l’oral, ni à l’écrit!!). 

Visez d’abord un peu plus de mots de vocabulaire, un peu plus de fluidité en lecture… (à adapter à votre cas). 

Tranquille. Vous avez le temps. C’est excitant de remonter ses objectifs, c’est déprimant de les baisser. 

Alors, allez-y doucement, comme la tortue qui ne s’arrête jamais. 🐢

 

🚩 Les parents qui veulent être parfaits

Vous voulez être parfaits, au lieu de vouloir aider votre enfant.

La perfection n’existe pas !! (Est-ce un scoop ? 😉). Soyez authentiques, c’est bien plus important.

Le succès et le bonheur ne sont pas le but, c’est la conséquence.

✨✨Mon conseil :

Vous devez trouver une source de motivation pour résoudre les problèmes de votre enfant. Et savoir que quoi qu’il arrive, passer du temps avec son enfant est bon pour la relation (même s’il vous arrive de vous fâcher de temps à autre).

Répétez ce mantra 3 fois par jour : “Je suis parfaitement imparfait, et c’est parfait!”.

 

🚩 Les parents qui ne savent pas prioriser

Vous avez votre travail, vors enfants, vos emmerdes (sorry, c’est sorti tout seul !). 

Et il faudrait rajouter de l’orthophonie (ou autre!)  par-dessus le marché ? Impossible pour le moment…

✨✨Mon conseil :

Vous avez besoin de remplacer du temps. 

Pas de vous en rajouter. Le plus simple est de supprimer quelque chose dans votre journée, et de travailler sur votre priorité. 

Supprimez les temps de Youtube inutiles dans certains cas, de divertissement sur le net, de réseaux sociaux. Supprimez des réunions si possible, certaines sorties du samedi. 

Vous avez des enfants et un projet de vie à mener, et il faut faire des choix. Pas simple, mais si gratifiant, non ?

 

🚩 Les parents qui se disent que c’est trop tard

“A cet âge, untel connaissait déjà 3000 mots”. “Untel lit des romans sans images”… 

“Il y a trop à apprendre ou à rattraper, tant pis, je crois que c’est trop tard”.

Je l’entends souvent… et c’est si dommage… car rien n’est jamais trop tard !

✨✨Mon conseil :

Se rappeler qu’il n’y a pas d’âge. Pas d’âge pour démarrer un projet, pour déménager, pour se marier, pour passer un diplôme, pour se mettre au sport ou pour aider son enfant !

On trouvera toujours des gens brillants. Voire exceptionnels.

Un exemple en musique :  A 15 ans, Mozart avait déjà composé des opéras. Est-ce que cela a découragé Serge Gainsbourg ? Il est vraiment devenu une star énorme seulement après avoir repris la Marseillaise en reggae. Il avait déjà 51 ans.

Il y a aussi des centaines de dyslexiques célèbres qui ont super bien réussi et qui sont des modèles pour tous !

 

Je sais que c’est dur de vaincre ses peurs et ses démons !

On en a tous !! 

Et il n’y a pas de formule magique pour vous faire démarrer. 

Je ne peux que vous inciter avec ce genre d’articles. Je sais que ce n’est pas simple (je suis passée par là mille fois… et cela m’arrive encore !).

✨✨Mon conseil :

Je sais aussi que le « moment parfait » n’arrivera pas. 

C’est à vous de vous lancer. Dès aujourd’hui. 

 

✨✨Mon conseil : On en parle ?