skip to Main Content

Lettre ouverte aux adolescents expatriés pour la première fois*

Lettre ouverte aux adolescents expatriés pour la première fois*

(*Article écrit à la demande d’une maman expatriée pour la première fois, qui … comme toutes les mamans bienveillantes… souffre par procuration pour son ado “projetée” dans un nouvel environnement ! Elle n’est pas seule !!! D’où mon idée de “lettre ouverte”)

Cher Max,

Chère Charlotte,

Chers tous-les-nombreux-autres-que-tu-ne-connais-pas-mais-qui-existent-et-sont-dans-la-même-situation-que-toi-quelque-part-dans-le-monde,

Tu as probablement entre 13 et 19 ans, un peu plus, ou peu moins, peu importe !

Jusqu’il y a peu de temps, tu habitais depuis longtemps “chez toi”, dans un endroit familier et forcément sympathique !

‘A cause’ de tes parents (et souvent de leur travail), te voilà tout à coup en immersion totale dans un environnement inconnu ; tu as été d’un seul coup “plongé(e)” dans une nouvelle école, une nouvelle culture, probablement une ou plusieurs nouvelles langues.

Même si tu t’étais préparé à tout cela, la réalité que tu vis maintenant au quotidien est forcément différente de ce que tu avais imaginé ou de ce qu’on t’avait dit !

Tes nouvelles journées sont à la fois très excitantes et très angoissantes ; tes émotions font le yo-yo sans que tu ne puisses les contrôler !!

As-tu déjà ressenti ça ?

Une bonne nouvelle… c’est NORMAL : tu découvres l’ambivalence ! (Définition : Tendance à éprouver ou à manifester simultanément deux sentiments opposés à l’égard d’un même objet : amour et haine, joie et tristesse, etc)

 

Tu aimes peut-être : décorer ta nouvelle chambre, voir la tête de tous les nouveaux (profs et élèves), découvrir ta nouvelle ville, les idées de vacances à venir dont on te parle, goûter de nouvelles spécialités, découvrir de nouvelles ambiances, de nouvelles activités… tu as un peu l’impression d’être en voyage… même si ce voyage c’est ta vie maintenant.

Tu détestes peut-être ; tous les mêmes points que j’ai cités juste au dessus 😉 … et surtout peut-être ne pas savoir pour combien de temps tu es la. C’est dur de se projeter dans le futur.

 

Moralité : tu recherches l’équilibre entre les deux… et tout cela te fait mûrir !

Et surtout, cela te FATIGUE à fond !

N’oublie pas que c’est parce que la vie est parfois faite de moments difficiles qu’il nous est ensuite permis de profiter de la vie deux fois plus quand tout va bien !

De par mon expérience de maman, mais aussi parce que j’ai des dizaines de témoignages de familles “expatriées”, “nomades”, “multilingues”, parmi mes patients, je peux juste te certifier que tu as une vie qui fait rêver beaucoup de gens (et ces mêmes gens n’ont aucune idée des difficultés que tu as à surmonter… juste parce que si on ne l’a jamais vécu, c’est trop théorique et difficile à comprendre ! C’est bien normal aussi !).

S’il te plait… PAS DE PANIQUE :

Voici quelques unes de mes réflexions et conseils pour tenter d’être serein(e) pendant cette période d’adaptation.

Je ne sais pas si tu as déjà entendu parler des “Courbes de l’expatriation” ?

Tu en trouveras plein sur internet.

C’est valable pour tous : enfants/adolescents/adultes.

Donc tu vois que c’est normal que tu te poses aussi tout un tas de questions.

Tu es loin d’être seul.

Par rapport à tes relations aux autres…

Il y a plein de moyens aujourd’hui pour rester en relation avec les gens qu’on aime : Téléphone, Skype, Whatsapp, etc… Les réseaux sociaux aussi t’aident à rester en contact ave tes anciens amis… c’est formidable !

Et en même temps, tu le sens, il est super important que tu t’en fasses de nouveaux sur place.

Tu verras aussi avec le temps que certains amis que tu pensais proches ne prennent pas de nouvelles… C’est un peu “loin des yeux, loin du cœur”… Peut-être qu’ils sont tristes que tu sois parti, peut-être qu’ils ne savent pas comment t’exprimer cela ?…

Certains autres que tu pensais juste des connaissances, se mettent à te contacter plus souvent : ils sont curieux de ta nouvelle vie, se réjouissent pour toi, et tu leur apportes peut être cette dose d’exotisme dont ils ont besoin !?

Cela ne peut pas se prévoir à l’avance. Prends ce qui vient et ne le prends pas personnellement si on te pose peu de questions sur ta nouvelle vie.

Tu veux te faire de nouveaux amis, mais tu as plein de peurs liées a la barrière de la langue ou aux différences culturelles.

Ca se bouscule dans ta tête… ton cerveau chauffe le soir.

Tu fais bonne figure à l’école, et parfois tu exploses le soir avec ta famille… ou tout seul dans ton lit.

Tu te sens à fleur de peau. Peut-être que tu culpabilises, peut-être que tu en veux à tes parents ou à l’école, ou à la vie, peut-être que tu ne veux pas le montrer pour ne pas faire souffrir les autres ?

Peut-être que tu te prends la tête aussi sur ta nouvelle manière de t’habiller ? (Tu as plus eu l’habitude des uniformes ou des vêtements d’une autre saison/d’un autre style ???) Fais des essais !! Jusqu’à ce que tu te sentes beau/belle ! 😉

Chacun est différent, mais sache que le tsunami de pensées que tu as dans le cerveau est NORMAL !

Comment réadapter ton code gestuel ?

Dans certains pays, on fait la bise, dans d’autres on se serre la main, ailleurs encore on ne se touche surtout pas, ailleurs on s’étreint fortement…

Au bout d’un moment, tu es perdu !!!

Il faut du temps pour tout cela… c’est ce qui fait toute la différence entre quelqu’un qui visite un pays, et quelqu’un qui connait le pays et la culture de l’intérieur !

Un bon conseil… regarde comment font les autres et fais pareil… ou sinon, tu acceptes de rigoler de toi-même et tu annonces ta manière de faire en disant avec un grand sourire “chez moi on fait comme ca, et chez vous ?”… Tu verras que ca se passera très bien !

Comment progresser dans tes relations sans que s’installe la peur du rejet ?

Comment trouver ta place dans le nouveau groupe ?

Les adolescents vivent souvent en relation duelle un peu exclusive, ou en groupe.

En fait, tu verras que c’est pareil pour les adultes 😉

Tu arrives peut-être parmi un groupe de gens qui se connaissent depuis longtemps.

Ne te fais pas trop de nœuds dans le cerveau… tu trouveras forcément quelqu’un qui sera content de savoir d’où tu viens, ou quelqu’un qui sera content de te montrer comment cela marche chez eux…

Etre seul parfois aussi n’est pas forcément un drame, on s’occupe autrement et on se rend disponible si l’occasion se présente.

Accepte de lâcher prise… je sais que c’est très facile à écrire… un peu moins facile à faire… surtout à ton âge !

Apprends à ne pas avoir peur du regard des autres… encore une fois c’est facile à écrire, je le sais… Et pourtant, quand tu y arriveras, tu verras que tu seras plus heureux 😉

Etre adolescent n’est pas facile… dans aucun pays !

C’est une période où tu te cherches de toutes façons !

Se connaître soi-même est un processus long (même certains adultes sont encore dans cette phase !) 😉

Rappelle-toi aussi qu’on est tous le “différent’ de quelqu’un !

De par notre couleur de peau, de par notre manière de parler ou notre accent, de par notre façon de manger, etc…

Tu t’inquiètes peut-être aussi pour tes notes, tes résultats scolaires, ce que les nouveaux profs vont penser de toi.

En guise de conclusion, j’aimerais te faire lire un texte… celui d’un directeur qui s’adresse aux parents des élèves de son école :

Le principal d’une école de Singapour a adressé une lettre aux parents de ses élèves :

“Les examens de vos enfants commencent bientôt.

Je sais que vous êtes anxieux que vos enfants ne réussissent pas.

Mais s’il vous plaît, pensez bien que parmi les élèves qui passeront ces examens,  il y a un artiste qui n’a pas besoin de comprendre les maths. Il y a un chef d’entreprise qui ne s’intéresse pas à l’histoire ou à la littérature anglaise. Il y a un musicien qui s’en fiche de ses notes de chimie. 

Si votre enfant a des bonnes notes c’est super ! 

Mais si ce n’est pas le cas, s’il vous plaît, ne dégradez pas sa confiance en lui ou sa dignité. Dites-leur que tout va bien, que c’est juste un examen !

Il y a des choses beaucoup plus importantes qui les attendent ! 

Dites-leur que vous les aimez, et que vous n’allez pas les juger.

Ni en examen, ni une mauvaise note anéantiront leur rêve ou leur talent. Et s’il vous plaît, ne pensez pas que les médecins et les ingénieurs sont les seules personnes heureuses au monde… 

Bien à vous

Le directeur”.

Qu’en penses-tu ?
Ne trouves-tu pas qu’on se focalise parfois trop sur les notes, le regard des autres, etc… ?

Je te laisse réfléchir à tout cela… Parles-en à tes parents aussi… parce que même s’ils t’énervent, même si tout ce qui t’arrive est en partie de leur faute, il sont la pour t’aider.

(Il existe évidemment aussi de nombreux professionnels spécialisés qui peuvent t’aider si tu en ressens le besoin).

BONNE ROUTE !

La vie est belle, où que tu habites !

Une chose est sûre… c’est que tu auras changé… il y aura dans ton caractère un ‘avant’ et un ‘après’… c’est pas top ça ??

Ca veut juste dire que tu es bien vivant et en plein changement !

Tu as le doit de devenir qui tu veux être 😉

Et le champ des possibles est aussi immense que le monde !

Avec toute mon affection,

Domitilla