skip to Main Content

Le dilemme des parents d’enfants bilingues

🛎️ On est d’accord que la mère peut représenter le père aussi, hein … pas de sexisme ici !

🛎️ Le “il” vaut pour “elle” aussi si vous avez une fille ! 

 

Une fois de plus, Caro Gaujour a parfaitement su illustrer pour mon article mon idée de dilemme 😉 

J’espère que ce dessin 👏👏👏👏  vous parle autant qu’à moi…

 

📌 Avez-vous déjà remarqué combien la petite voix du ‘mal’ crie souvent plus fort que la petite voix du ‘bien’ ??

C’est bien dommage…

Le cerveau des parents n’échappe (malheureusement 😜) pas à cette règle ! 

 

Souvent, nos peurs ont tendance à prendre le dessus.

Du coup, cela n’est ni bon pour nos enfants… ni bon pour notre stress… et on entre plus vite que l’on ne pense dans un cercle vicieux !

 

Mes solutions pour sortir de ce dilemme néfaste pour tous :

 

🎯 Accepter que cela peut prendre du temps d’être bilingue (notamment à l’écrit).

🎯 Relativiser et arrêter de comparer avec les autres.

🎯 Consulter si l’inquiétude vous fait tourner en rond.

🎯 Lire et se documenter sur le bilinguisme (et l’expatriation si c’est votre cas) – bibliographie jointe en bas de l’article.

🎯 Continuer à valoriser la (ou les) langues de la famille, même si elles sont différentes des langues de scolarisation ou du pays de résidence.

🎯 Restez constant dans la durée (mieux vaut lire dans la langue minoritaire 10 min par jour qu’une heure le weekend).

🎯 Eviter de mettre votre enfant sous pression (et de lui transmettre vos peurs ; il n’est pas responsable d’être bilingue… et il serait regrettable qu’il/elle en souffre, ce n’est pas le but).

🎯 Communiquez ! C’est le plus important ; acceptez que votre enfant mélange les langues. Il/elle vous parle, c’est ça le principal. Vous reformulez en donnant le bon modèle linguistique, et il progressera avec le temps.

 

COURAGE ! 

 

➡️ Vous pouvez mettre en place de nombreuses choses avec et pour votre enfant.

➡️ Votre enfant a des talents. Partez de ses centres d’intérêts et valorisez-le.

 

En conclusion…

Rappelez-vous que votre enfant n’est pas bilingue par hasard !


🌐 Soit il l’est car il est issu d’un couple mixte biculturel… donc il est bilingue par amour.

🌐 Soit il l’est parce que vous avez fait des choix scolaires pour lui… et il y a une raison pour cela (que vous connaissez).

🌐 Ou parce que vous êtes expatriés… ou autre…

Mais ce n’est pas arrivé par hasard !

Il y a forcément un choix, une histoire de VIE derrière ce bilinguisme.

Je vous invite à réfléchir à cela lorsque les questions “rouges” prennent le dessus !

Si vous revenez au POURQUOI de ce bilinguisme, cela vous aidera à être patient.e et aussi à mettre en place des solutions d’aide si besoin.

Pourquoi auriez-vous peur que votre enfant souffre, soit jugé sur son langage, ne puisse pas bien s’exprimer ??

Même si vous n’êtes pas prof inné, ni coach, ni expert spécialisé en éducation plurilingue, vous avez beaucoup de ressources en vous… Et la première ressource sur laquelle vous pouvez vous appuyer, c’est votre amour et la connaissance que vous avez de votre enfant !

 

On en parle quand vous voulez !

Vous pouvez réserver une séance de prise de contact (gratuite) avec moi si vous pensez que votre enfant a besoin d’aide. J’offre plusieurs créneaux par mois pour cela. Profitez-en !

 

BIBLIOGRAPHIE :

* Bibliographie (non exhaustive) concernant l’enfant bilingue/plurilingue et l’expatriation : 

  • « L’enfant expatrié », de Gaëlle Goutain et Adélaïde Russell
  • « Third culture kids”.  de David C. Pollock et Ruth E. Van Reken
  • « Guide à l’usage des parents d’enfants bilingues », de Barbara Abdelilah-Bauer 
  • « Les enfants d’expatriés », Enfants de la troisième culture », de Cécile Gylbert
  • « Le défi des enfants bilingues, grandir et vivre en parlant plusieurs langues », de Barbara Abdelilah-Bauer
  • « Comprendre et accompagner l’enfance bilingue », de Franck Scola
  • « Langages d’Amour des enfants », de Gary Chapman et Ross Campbell 
  • “Paroles de mères expatriées / Des récits pluriels sur la parentalité nomade », ouvrage collaboratif mené par Véronique Martin-Place … j’y partage mon expérience (page 137 à 144, “Comment accompagner nos enfants pour qu’ils grandissent heureux ? Les réflexions d’une maman multi-expatriée »