skip to Main Content

Changer son enfant de système scolaire en cours de scolarité, est-ce forcément difficile ?

Changer son enfant de système scolaire en cours de scolarité, est-ce forcément difficile ?

Voici une problématique très fréquente chez les couples qui s’expatrient avec des enfants en âge scolaire… (c’est-à-dire de 3-4 ans à 18 ans environ… !!) Je vais essayer de répondre à cette question de la manière la plus générale possible, sachant que chaque cas est unique bien sûr !

Ce que je constate parmi les familles que j’accompagne, c’est que beaucoup culpabilisent en se disant qu’ils ont déménagé au « mauvais âge » pour leur enfant (primaire, adolescence, classes dites « charnières »).

En fait, je me demande finalement quel serait le « bon âge »… (surtout quand on a plusieurs enfants… il n’y aurait alors jamais de « bonne période »). Au final, je crois que LE bon moment, c’est celui qui se présente à vous, celui qu’on sent bien, celui qu’on choisit plus ou mois sereinement… parce qu’il FAIT SENS pour la famille.

3 cas de figure fréquents :

  • En changeant de pays, certaines familles DOIVENT changer de système scolaire (le Lycée Français par exemple existe dans de nombreuses villes, mais pas partout, le coût de la scolarité est trop élevé…).
  • D’autres familles profitent d’un changement de pays/ville pour CHOISIR d’essayer un autre système (local, international, Montessori, ou autre…).
  • Certains enfants sont MALHEUREUX à l’école (raisons multiples). Changer d’école ou de système éducatif peut parfois se révéler une bonne solution pour leur donner un nouveau départ, et ainsi sortir d’une mauvaise spirale.

Souvent, face à un choix de scolarité ‘atypique’…

…Il y a ceux qui vous encourageront, ceux qui vous jugeront, ceux qui vous dissuaderont, ceux qui vous regarderont faire de loin, mais avec intérêt…

« Tu vas changer ton enfant de système scolaire… Oh la la ! Ca va être tellement difficile pour lui ! Et tu as pensé aux vacances scolaires ? Ca va être cher ! T’as de bonnes références sur cette école ? »
Vous avez déjà entendu ces phrases ? Vous vous sentez seul(e), culpabilisé(e) et très indécis(e) ?

Ma réponse rapide :

Ne soyez pas prédictifs ! Sachez (parfois) fermer vos oreilles aux commentaires peu constructifs que vous entendrez.

Non, changer de système scolaire n’est pas forcément une catastrophe !!

Si ce changement fait sens pour votre famille, cela fera sens pour votre enfant ! Même si cela prend un peu de temps d’adaptation.

Voici quelques réflexions qui pourront vous aider dans cette démarche :

  1. Appuyez-vous sur la confiance en soi de votre enfant, celle que vous bâtissez depuis sa naissance, pierre par pierre… à force de communication !!… et bien, c’est sur cette confiance en soi (et en vous) que vous pourrez vous appuyer si les débuts sont difficiles ! Bien souvent, les enfants sont beaucoup plus adaptables et résilients que leurs parents.
  2. Gérez vos angoisses pour ne pas les transmettre. Pour un adulte qui réfléchit et théorise les choses, changer d’école, c’est comme changer de travail : on réfléchit, on tergiverse, on pèse le pour et le contre…Pour un enfant, changer d’école, c’est changer de quotidien, changer d’amis, mais sans pour autant réfléchir autant qu’un adulte ! 😉 Donc si vous présentez le changement d’école comme une chose nouvelle, sans y ajouter du stress, l’enfant prendra ce qui viendra.
  3. Informez votre enfant sur les différences. Les pédagogies proposées peuvent être très différentes d’un système scolaire à l’autre. Certaines sont basées sur la performance, les connaissances, les évaluations. D’autres sur la motivation, le travail en groupe, l’informatique. D’autres encore sur les activités sportives, artistiques, le bénévolat. Après vous être informés sur l’école dans laquelle votre enfant va « atterrir »… pourquoi ne pas recenser avec lui les choses nouvelles que vous pensez qu’il va y apprendre ! (en laissant la place à une certaine part d’inconnu bien sûr)… Si vous en avez la possibilité, une petite visite avant la date de la rentrée peut aider l’enfant à se projeter.
  4. Mettez un partenariat en place avec les enseignants. L’éducation au sens large, est un partenariat entre les familles (parents, en charge de l’éducation) et les enseignants (en charge de l’instruction). Rencontrez les enseignants pour leur parler du parcours scolaire de votre enfant, de votre culture, de là d’où vous venez, des points forts et des faiblesses de votre enfant si vous le sentez. Ainsi les enseignants pourront vous rassurer et appréhender votre enfant de la manière la plus adaptée possible.Ex : Si votre enfant ne sait pas écrire en cursives, car il n’a jamais appris… il n’est pas nécessaire de le cacher ni d’en faire une montagne. Soit votre enfant apprendra vite, soit l’enseignant acceptera qu’il écrive en lettres scriptes par exemple. Vous trouverez forcément une solution ou un compromis de départ.
  5. Travaillez sur l’autonomie / le lâcher prise. L’expatriation nous enseigne la flexibilité. De par la force des choses, votre enfant gagne en autonomie. Et si vous, en tant que parents lâchiez prise… facile à écrire… mais cela change tout !! 😉
  6. Trouvez des relais à l’extérieur de la famille. Des amis, famille, grands-parents, voisins… sont parfois de bons relais pour faire parler l’enfant sur ce changement d’école ! En racontant son changement d’école à d’autres, il se l’appropriera. Si c’est difficile, il pourra se faire rassurer (c’est bien connu que les enfants écoutent davantage les autres que leurs propres parents !). Si c’est facile, il pourra briller, se faire féliciter, encourager… et tout cela est bon pour l’estime de soi !

Et pour les enfants « à besoins spécifiques* » ??

(*les enfants dont le parcours scolaire a été chaotique jusqu’ici : à cause d’un handicap, d’un trouble de développement, d’un trouble « dys », de difficultés d’attention-concentration, de blessures affectives, etc…).

Je dirais que ces enfants sont à accompagner de la même manière que tous les autres (les 6 points de réflexion que je vous ai proposés), en acceptant le fait que cela prendra peut être du temps, et qu’il faudra continuer de s’appuyer sur l’aide des professionnels.

Mais le changement d’école/de scolarité est tout à fait possible pour eux aussi… j’en ai de nombreux exemples parmi mes connaissances et patients !

Gardez en tête : UNE FOIS LE CHANGEMENT D’ECOLE FAIT…

  • Si tout se passe bien… tant mieux !
  • Si c’est plus dur, PAS DE PANIQUE. Accrochez-vous et rappelez-vous qu’il faut une période d’adaptation pour tous (enfants, enseignants, parents).

Heureusement aussi, en cas de besoin, il existe des professionnels pour vous accompagner dans ces démarches.

BON CHANGEMENT… si jamais c’est dans l’air du temps pour vous !

Article écrit pour Expats Parents : site de l’expatriation en famille