Skip to content

🔑 10 clĂ©s de rĂ©flexion pour un bon dĂ©part en expatriation en famille 🔑

expatriation en famille

Illustration © Caroline Gaujour

Qu’il s’agisse d’une toute premiĂšre expatriation ou d’un nouveau dĂ©part, il me paraĂźt toujours utile de se rappeler quelques points :

 

1🔑/ IntĂ©grer que le changement c’est naturel, c’est mĂȘme sain

 

Connaissez-vous la citation de Paulo Coelho ?

“Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine… elle est mortelle !”

 

Combien de personnes finissent par s’Ă©puiser dans le rythme mĂ©tro-boulot-dodo (alors mĂȘme qu’ils ont tout fait pour le mettre en place)… en pensant que la routine serait confortable, saine mĂȘme ?


 Alors c’est sĂ»r que l’expatriation offre quelque chose de diffĂ©rent, puisque la routine en expatriation par principe est rĂ©guliĂšrement mise Ă  rude Ă©preuve 😉


Tout change dans la vie (la nature a des cycles, les humains ont aussi des saisons)… donc c’est bien de changer de temps autre 😉 !

 

 

2🔑/ Comprendre la place des Ă©motions parfois contraires, ces fameuses ‘ambivalences’

 

Il me paraĂźt important de faire un travail sur les Ă©motions, car c’est ce qu’on ressent au travers de notre corps. Les Ă©motions ne sont ni positives ni nĂ©gatives… 

Les Ă©motions sont en revanche agrĂ©ables (joie, calme, excitation, confiance, etc
) ou dĂ©sagrĂ©ables (peur, jalousie, tristesse, culpabilitĂ©, dĂ©couragement, etc..). 

Il me paraĂźt trĂšs important de pouvoir les ressentir, puis les nommer, de pouvoir mettre en mots ce que nos enfants ressentent : c’est le meilleur cadeau qu’on puisse leur faire. 

Ainsi :

  • ils se sentent compris, 
  • ils apprennent des mots qui leurs seront utiles toute la vie.

 

J’explique souvent Ă  mes patients qui dĂ©mĂ©nagent, qu’il est totalement naturel de ressentir de l’ambivalence.

Exemple : on peut ĂȘtre heureux et triste en mĂȘme temps (heureux d’aller dĂ©couvrir une autre vie, de changer de pays, et triste de quitter nos amis
). 

L’exprimer fait du bien.

 

 

3🔑/ Savoir que vous allez devoir puiser dans vos talents

 

Quand on dĂ©mĂ©nage ou qu’on part en expatriation, par principe, on sait toujours ce qu’on lĂąche et pas forcĂ©ment ce qu’on retrouve de l’autre cĂŽtĂ© 🙂

Et c’est justement le moment oĂč, quand on laisse faire les choses, on rĂ©alise tous les talents et ressources qu’on peut dĂ©velopper (organisation, enthousiasme, crĂ©ativitĂ©, cuisine, logistique, etc). 

C’est bien connu, Ă  l’etranger on se rĂ©invente, on s’invente, et surtout on finit par mieux se connaĂźtre 😉 

C’est pas super ça ?

 

 

4🔑/ Soutenir sa famille (au sens large)

 

Lorsqu’on part en famille, on est dĂ©jĂ  un groupe au dĂ©part ! (parents et enfants).

Ce groupe devient le socle, la base, ceux qui vont pouvoir vous aider dans les moments durs .. et ceux avec qui vous allez aussi profiter et partager des moments joyeux et heureux.

Cela crée des souvenirs communs pour la vie !

 

 

5🔑/ Etre attentif aux besoins du couple

 

Lorsqu’on part en expatriation en famille, il est tout Ă  fait naturel de vouloir s’inquiĂ©ter des enfants pour les prĂ©parer au mieux et les aider.

Il ne faut pas sous-estimer de s’occuper de son couple : se prĂ©voir des moments de qualitĂ© est important. 

Veiller Ă  rester sur la mĂȘme longueur d’ondes. Parfois, la tendance est Ă  lister les choses Ă  faire (et Dieu sait que cette liste est longue lors d’un changement de pays ou de travail)… mais n’oubliez pas de vous prĂ©voir des moments pour partager un peu plus en profondeur vos ressentis : Avez-vous des envies ? Des peurs ? Des challenges personnels insatisfaits ? Êtes-vous d’accord sur le choix de l’école, du logement, etc. 

C’est le moment d’en parler.

 

 

6🔑/ Accompagner ses enfants

 

Lors de chaque dĂ©mĂ©nagement il peut ĂȘtre bon quelques temps avant de s’assurer de faire ensemble une liste des choses :

  • que l’on souhaite acheter avant de partir,
  • visiter avant de partir,
  • des personnes qu’on veut revoir,
  • de la maniĂšre dont on va vouloir faire une fĂȘte d’adieu avec nos amis,
  • et des choses que l’on souhaite emporter dans le nouveau pays sans que les dĂ©mĂ©nageurs ne les touchent (prĂ©voir pour chaque enfant une boĂźte dans laquelle il pourra mettre ses affaires personnelles, cela aide Ă  se projeter et cela aide aussi Ă  rassurer).

 

 

7🔑/ DĂ©velopper son rĂ©seau social sur place tout en maintenant ses relations d’”avant” 

 

ApprĂȘtez-vous dans les premiĂšres semaines aprĂšs votre dĂ©mĂ©nagement Ă  devoir rencontrer de nombreuses nouvelles personnes (que ce soit au travail, Ă  l’Ă©cole, dans le voisinage)… Vous serez amenĂ© Ă  rencontrer Ă©normĂ©ment de personnes pour vous crĂ©er un petit rĂ©seau de proximitĂ© : cela vous aidera Ă  vous sentir un peu plus “chez vous”.

Par ailleurs, il est trĂšs important aussi de maintenir le lien avec la famille et les “anciens amis”, cela sera plus facile Ă  faire si vous y avez pensĂ© avant de partir (rĂ©colter les emails des copains pour mettre en place une newsletter de nouvelles et photos par exemple).

 

 

8🔑/ Être mentalement prĂȘt.e Ă  relever des challenges personnels et professionnels 

Chaque situation est diffĂ©rente, mais si on est mentalement prĂȘt Ă  devoir relever des challenges, qu’ils soient d’ordre personnel ou professionnel, vous trouverez assez naturellement l’Ă©nergie pour pouvoir le faire le jour venu ! 

Pas de prĂ©cipitation
 cela prendra du temps et le savoir permet de l’accepter 😉

 

 

9🔑/ Se prĂ©parer Ă  ce que l’expatriation ne soit pas synonyme de vie toute rose

 

L’expatriation n’immunise pas contre les coups durs ! Qu’on se le dise une bonne fois pour toutes !

L’expatriation, c’est simplement la vie quotidienne d’une famille avec ses hauts et ses bas dans un cadre de vie diffĂ©rent… ni plus ni moins.

La famille nuclĂ©aire expatriĂ©e dĂ©veloppe au fil du temps des souvenirs communs uniques, (ce qui fait notamment que certaines blagues, anecdotes, rĂ©fĂ©rences rendent complices les membres de cette famille car ils en sont les seuls tĂ©moins 😉 )

 

 

10🔑/ Garder en tĂȘte qu’on peut se tromper et qu’on peut toujours faire demi-tour 

 

Le fait de savoir que sa vie Ă  l’Ă©tranger n’est pas forcĂ©ment dĂ©finitive permet aussi de prendre de la hauteur.

Si on est heureux quelque part, on y reste
 mais si vraiment c’est trop compliquĂ© sur du trĂšs long terme, on peut aussi faire demi-tour. 

Rien n’est dĂ©finitif ni inchangeable dans la vie !

 

💌 Je vous souhaite un bon dĂ©mĂ©nagement, et vous souhaite d’y apprendre beaucoup
 tant sur une nouvelle culture que sur vous-mĂȘmes 😉

Soyez heureux !

đŸ›Žïž Vous voyez d’autres clĂ©s utiles, n’hĂ©sitez pas Ă  commenter cet article !


đŸ›Žïž Vous voulez en parler ?